Glossaire

Description du glossaire

1 A B C D E F G I L M P Q R S
1
111

Procédé de soudage 111 : soudage à l'arc avec électrode enrobée



135

Procédé de soudage 135 : soudage sous gaz actif avec fil-électrode fusible.



136

Procédé de soudage 136 : soudage à l'arc sous gaz actif avec fils-électrode fourré



A
Acier
Alliage métallique à base de fer contenant moins de 2 % de carbone et éventuellement des éléments d’addition dits éléments d’alliage.


Acier austénitique

Il est caractérisé par une structure (assemblage d’atomes) cubique à faces centrées, (un atome au centre de chaque face). Ce peut être le cas du fer pur. À température ambiante la structure est ferritique, (structure cubique centrée : un atome au centre du cube). Pour obtenir une structure austénitique à froid il est possible d’ajouter des éléments d’alliage gammagènes (Ni, Mn, N, Cu).



Alliage
Produit métallurgique résultant de la combinaison de plusieurs métaux. Les alliages permettent d’obtenir diverses caractéristiques : dureté, souplesse, légèreté, conductivité, anticorrosion, facilité de fusion, aptitude à l’usinage…


Ame
Partie centrale d’un profilé, d’une poutre, reliant les deux ailes ou semelles dans un plan perpendiculaire à celles-ci.


Ancrage
Ensemble des moyens pour solidariser un poteau avec sa fondation, scellement direct ou tiges boulonnées sur la plaque d’embase.


Anodisation
Dépôt d’une couche superficielle protectrice d’alumine (de 15 à 24 µm), de teinte naturelle ou colorée, par traitement dans un bain électrolytique. Procédés conformes à la norme NF A 91-450. L’ADAL gère l’attribution, en France, de la marque de qualité européenne EWAA.


Articulation
Système d’assemblage permettant le mouvement angulaire d’une pièce par rapport à une autre.


B
Bardage
Revêtement de façade mis en place par fixation mécanique. Façade légère à peau unique ou double avec isolant intégré.


BBC

Bâtiment basse consommation.

Loi GRENELLE 1

Pour les secteurs du Bâtiment et de l’Energie

La confirmation de l’ensemble des orientations en matière de maîtrise de l’énergie, de développement des énergies renouvelables et de lutte contre le changement climatique :
le facteur 4 : division par 4 des émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2050,
23 % d’énergies renouvelables dans le cadre du « 3x20 » européen,
intégralité du Plan Bâtiment, avec notamment la confirmation de la norme de 50 kWhEP/m2/an exprimée en énergie primaire.

Loi GRENELLE 2

Amélioration énergétique des bâtiments et harmonisation des outils de planification en matière d’urbanisme

Objectif  : Concevoir et construire des bâtiments plus sobres énergétiquement et un urbanisme mieux articulé avec les politiques d’habitat, de développement commercial et de transports tout en améliorant la qualité de vie des habitants.
Engager une rupture technologique dans le neuf accélérer la rénovation thermique du parc ancien
Favoriser un urbanisme économe en ressources foncières et énergétiques



Bossage
Saillie créée à la surface d’une pièce par déformation, adjonction d’une fourrure ou usinage alentour.


C
Caniveaux

Un caniveau est une morsure de grande taille proportionnellement à la grandeur du métal de base due à une trop grande chaleur du métal d 'apport par rapport à l'épaisseur ou la densité du métal qui reçoit.(voir mauvais paramètre de la machine à souder). Petit creux de chaque côté de la soudure.



Clinchage
Méthode de fixation consistant à réaliser en une seule opération des bossages sur les éléments métalliques devant être assemblés.


Collage

Le métal de base n'est pas fondu, ce qui diminue la section efficace de la soudure. On distingue le collage noir où l'interface entre le métal de base et la soudure est vide (par contrôle radiographique apparaît une tache sombre sur les clichés) et le collage blanc, où l'interface est cette fois-ci comblée par des oxydes fondus (cette variété est indécelable par contrôle radio).



Criques

Même défaut que les retassures sauf que le défaut est non apparent. La crique de solidification est un défaut de fonderie.



D
Dérochage
Action de dérocher , décaper une surface métallique à l’acide.


DMOS

Descriptif de Mode Opératoire de Soudage, une fiche technique réalisé par le bureau des méthodes afin d'effectuer une soudure à haut risque suivant des paramètres précis (énergie de soudage, intensité, vitesse d'avance, etc.)



E
Embase
Partie constituée par les pièces d’appui d’un poteau, par laquelle il transmet les sollicitations à sa fondation.


F
Fatigue soudure

Tenue mécanique d'un joint soudé

Les modifications métallurgiques influent sur la tenue mécanique du joint soudé. Aussi faut-il s'assurer d'obtenir une tenue mécanique suffisante, et tenir compte des soudures dans le calcul et le dimensionnement des pièces.

L'opération de soudage engendre de plus la création de contraintes résiduelles dues au retrait créé par l'opération de soudage sur les pièces. La tenue à la fatigue des assemblages soudés est une problématique fondamentale dans la conception des appareils soudés. Les défauts géométriques des cordons de soudures jouent un grand rôle dans la tenue à la fatigue des assemblages soudés.



Fer
Métal résistant et malléable (point de fusion 1 530 °C, densité 7,85). Il est surtout utilisé sous forme d’alliage ou additionné de carbone pour constituer les aciers et les fontes.


Fissures

On distingue :

  • La fissuration à froid causée par des contraintes mécaniques résiduelles importantes, une présence d'hydrogène dissous et une phase fragile,
  • La fissuration à chaud (ou plus exactement liquation) créée par la ségrégation dans le joint d'un eutectique à bas point de fusion par exemple et,
  • Arrachement lamellaire (inclusions allongées dans le même sens que le sens de laminage de la tôle) au sein du métal (défaut rare qui n'existe presque plus chez les acieristes qui fabriquent des aciers propres exempt d'inclusion genre « MnS »),
  • En ce qui concerne les aciers au chrome ou des aciers inoxydables, la formation de carbures de chrome cr23c6 qui précipitent au niveau des joints de grains rendant ainsi les zones appauvries en chrome propice au développement d'une corrosion intergranulaire (le chrome pompé par le carbone n'assure plus son rôle en résistance à la corrosion).


G
Galvanisation
Fixation sur l’acier dont la surface a été préalablement préparée, par électrolyse ou immersion dans un bain de zinc en fusion, d’une fine couche de zinc qui le préservera de la corrosion


I
Inclusions

Elles désignent un composé étranger à la soudure et peuvent contenir du tungstène (Cas du Soudage TIG) ou du laitier (Soudage à l'électrode enrobée ou baguette) ou encore des oxydes.

 



investissement socialement responsable

L’investissement socialement responsable (ISR) est un investissement individuel ou collectif effectué selon des critères sociaux, environnementaux, éthiques et de gouvernance d'entreprise sans occulter la performance financière.



L
Laminé
Profils d’acier obtenus par écrasement progressif du métal entre des cylindres, pour en réduire l’épaisseur et aplanir la surface.


M
Maître d'ouvrage

Le maître d'ouvrage est une personne physique ou morale de droit public ou de droit privé. Dans le cas de la maîtrise d'ouvrage privée, le maître d'ouvrage peut être une personne physique (ex. : un particulier qui fait construire sa maison est considéré comme le maître d'ouvrage du projet). 



Manque pénétration

Le métal de base n\'est pas fondu, ce qui diminue la section efficace de la soudure. On distingue le collage noir où l\'interface entre le métal de base et la soudure est vide (par contrôle radiographique apparaît une tache sombre sur les clichés) et le collage blanc, où l\'interface est cette fois-ci comblée par des oxydes fondus (cette variété est indécelable par contrôle radio).



Métalisation
Revêtement obtenu par projection au pistolet de métal fondu, par une flamme ou un plasma, sur un support dont la surface doit nécessairement présenter une certaine rugosité et un degré de propreté égal à Ds3.


Morsures

Défaut où le métal de base est « creusé » sur une partie du cordon.



P
Porosités

Il s'agit de défauts sphériques creux qui peuvent être ou non débouchant. Elles sont causées par les courants d'air, le manque de gaz, l'obstruction de la buse, un mauvais angle de soudage, de l'eau ou des impuretés dans le joint à souder...

 



Q
QMOS

QMOS, Qualification de Mode Opératoire de Soudage.



R
Retassures

Suite à un retrait du métal lors de son refroidissement, l'espace vide formé apparaît visuellement à la surface du cordon, ainsi qu'à l'intérieur du cordon.

 



S
Ségrégation

Le chauffage active un certain nombre de mécanismes, dont notamment la diffusion des atomes. Il se produit donc un phénomène appelé « ségrégation » : le métal n'étant pas pur, les atomes étrangers (impuretés, éléments d'alliage) migrent vers les joints de grain.

Ceci peut entraîner une fragilisation des joints de grain, et donc faciliter la rupture fragile intergranulaire. Pour éviter ce problème, on effectue parfois un recuit de mise en solution voire, selon les cas, une hypertrempe de la pièce (cas de certains aciers inoxydables).



Soufflures

Ce terme désigne un groupe de porosités non débouchantes. Quand elles sont allongées, on parle de soufflures vermiculaires. Si elles sont débouchantes, on parle alors de piqûres.